Définition

La facilitation ou animation de groupe vise à permettre aux groupes et aux organisations de travailler plus efficacement, de collaborer et de parvenir à une synergie. Le facilitateur représente une partie neutre, qui s’abstient de prendre position en faveur d’un côté ou d’un autre ou d’exprimer son point de vue, et qui, de la sorte, favorise une méthode de travail juste, ouverte et inclusive.

A lire

Kaner, S.; Lind, L.; Toldi, C.; Fisk, S.; Berger, D. 1996. Guide du facilitateur à la prise de décision participative. New Society Publishers, Gabriola Island, BC. Canada. 255 p.
http://www.communityatwork.com/book.html (en anglais)
Aux yeux de nombreux professionnels, le facilitateur est celui qui doit assurer que les débats ne s’écartent pas du sujet, décider des tours de parole, et garantir que la session commence et termine à l’heure prévue. Le Guide du facilitateur à la prise de décision participative présente au lecteur d’autres aspects de la facilitation, touchant notamment à la conception de programmes de réunions réalistes, aux moyens de parvenir à une pleine participation, et aux orientations susceptibles d’aider le groupe à élaborer des accords durables et inclusifs.

Extrait de cet ouvrage
Principes applicables à la facilitation de groupe
  • Tout le monde participe; ce ne sont pas uniquement quelques voix qui se font entendre.
  • Les participants donnent aux autres le temps de penser et d’exprimer pleinement leurs idées.
  • Les avis divergents sont acceptés.
  • Les participants se motivent mutuellement en se posant des questions stimulantes, comme « c’est ce que vous voulez dire? »
  • Chaque membre s’efforce de prêter attention à la personne qui prend la parole.
  • Les participants sont à l’écoute des idées des autres car ils savent que leurs propres idées seront écoutées.
  • Chaque participant exprime son point de vue sur des sujets controversés. Chacun connaît alors la position de l’autre.
  • Les participants peuvent précisément représenter les points de vue des autres –même s’ils ne sont pas d’accord.
  • Les participants s’abstiennent de parler dans le dos des autres.
  • Même en cas d’opposition avec la personne responsable, les participants sont encouragés à défendre leurs idées.
  • Un problème donné n’est considéré résolu que lorsque tous ceux qui seront affectés par la solution proposée ont assimilé le raisonnement suivi.
  • Même lorsqu’un accord est trouvé, on partira du principe que la décision prise reflète tout un éventail de perspectives différentes.

A voir également