Le talk-show


Définition

Le terme talk-show est employé comme métaphore pour illustrer le climat informel et détendu qui est crée pour stimuler le partage des savoirs. Les efforts de préparation requis des participants sont minimes et cette méthode peut facilement être appliquée dans un atelier où les participants ne se connaissent pas entre eux et ne connaissent pas non plus les organisateurs.
Il s’agit d’une combinaison de la méthode du « fish bowl » et du groupe de discussion. La structure en forme de cercle ouvert du talk-show engendre une plus grande participation que la méthode du « fish bowl » et sa nature informelle est moins intimidante que le panel de discussion traditionnel.
Le talk-show, création conjointe d’Allison Hewlitt de Bellanet, et de Geoff Barnard et Catherine Fisher de l’IDS, est une méthodologie de partage des savoirs qui a été employée à l’occasion de l’atelier intitulé « Partage des savoirs au service du développement: Programme régional africain », organisé par le GDN en février 2005.

A lire

Hewlitt, A.; Barnard, G.; Fisher, C. 2005. Le talk-show comme méthodologie de partage des savoirs.
Ce document, rédigé par les créateurs de la méthodologie, donne une vue d’ensemble de cet outil : les participants, la structure, le processus, des conseils, ses atouts et ses limites.

Extrait de cet ouvrage

Les participants:
  • L’animateur du talk-show (plus il est dynamique, mieux c’est!)
  • 3-4 intervenants
  • Audience générale. La taille de l’audience importe peu, mais moins les participants sont nombreux, meilleure est la participation.

La structure:
On installe les chaises, en nombre suffisant pour accommoder l’audience (et les intervenants), en demi-cercle, ou en deux demi-cercles, si nécessaire. La chaise de l’animateur est placée face au demi-cercle, et celles des intervenants sur les côtés.

Le processus:
  • (Prévoir au moins 1 heure, 1h30 au maximum)
  • L’animateur ouvre le talk-show, assis face à l’audience, accueille les participants et présente le thème de la séance.
  • Dans son introduction, l’animateur met en évidence la nature métaphorique du talk-show (en s’exclamant par exemple « mon premier invité est bien connu de tous, il s’agit de l’ancien … »), il désigne le premier intervenant au sein de l’audience et l’invite à le rejoindre – Il est bon à ce moment d’encourager les applaudissements.
  • Posez trois questions à l’invité, en cherchant à faire ressortir les détails les plus intéressants
  • Invitez le second intervenant et répétez le processus. Les questions posées aux trois invités peuvent être identiques, ou différentes, en fonction de leur propre expérience.
  • Après le passage des trois intervenants, invitez l’audience à poser des questions.
  • Posez quelques questions sujettes à polémique aux trois invités et stimulez un débat entre eux.
  • Si possible, filmez le talk-show.

Conseils:
  • En présence de grands groupes de 40 à 50 personnes, organisez deux ou trois talk-show en parallèle et laissez les participants choisir celui qui les intéresse le plus.
  • Avant la séance, cherchez le nom d’un talk-show local très populaire. Référez-vous à ce dernier lorsque vous expliquez le processus à suivre.
  • Le talk-show produit de meilleurs résultats quand les récits des intervenants ont un élément en commun tout en illustrant les multiples facettes du sujet abordé, de sorte que la tâche principale avant le show consiste à sélectionner un thème pertinent et des invités captivants.
  • Conviez les participants à l’atelier à se porter volontaires pour jouer le rôle d’animateur. Les personnes expressives et dynamiques joueront mieux ce rôle. Laissez à l’animateur au moins 10 minutes pour faire la connaissances de ses invités. Distribuez à chaque volontaire les petites cartes sur lesquelles sont rédigées les questions-type qu’il devra poser à ses invités.
  • Encouragez les animateurs à employer des méthodes de facilitation, par exemple en paraphrasant, en incitant les gens à parler et en les stimulant.
  • Les animateurs peuvent reformuler les idées en changeant les mots et poser des questions telles que « pourriez-vous en dire plus long à ce sujet … » ou encore « pourriez-vous donner un exemple pour illustrer ce que vous voulez dire par là … ».
  • A la fin du show, réservez un moment au partage des idées qui ont émergé du show. Si le groupe est assez petit (entre 10 et 15 personnes), on pourra donner à chaque spectateur et chaque intervenant l’occasion de partager ses pensées et ses idées en organisant un tour de table. Assurez-vous de la présence d’un rapporteur chargé d’inscrire les points importants sur les affiches ; ceux-ci seront plus tard consignés dans les conclusions de l’atelier.

Histoires



Qui peut m'en dire plus?

  • Eduardo Figueroa (e.figueroa [at] cgiar.org)
  • Nathan Russell (n.russell [at] cgiar.org)
  • Simone Staiger (s.staiger [at] cgiar.org)
  • Greg Clough (g.clough [at] cgiar.org)
  • Michael Hailu (m.hailu [at] cgiar.org)
  • Fiona Chandler (f.chandler [at] cgiar.org)
  • Sophie Treinen (sophie.treinen [at] fao.org)